vendredi 7 janvier 2011

Les oiseaux ne se cachent plus pour mourir

Je sais, elle est facile. Mais bon, rien à voir, je tenais à signaler ceci :

http://www.disinfo.com/2010/11/twins-with-conjoined-brains-share-sensory-information/



C'est quand même incroyable, mais incroyable de chez incroyable, que le programme de formation de cet organisme puisse être "modifiable" au point de supporter pareille divergence.

Je ne parle évidemment pas de la divergence " phénotypale" en quelque sorte, de l'être physique final que sont ces deux petites filles, mais du point de vue de la théorie de l'information, quelle structure " programmationnelle " (au sens d'un exécutable informatique) pourrait supporter une modification de son source aussi impactante.

Je sais ce que ma terminologie peut avoir de barbare, mais imaginez la même chose avec une machine : vous avez un robot sur une chaîne de fabrication, qui câble les faisceaux électriques d'une voiture, sur la carcasse fabriquée précédemment par ce même robot.

Et puis tout à coup, il y a un bug dans la programmation du robot. Et maintenant accrochez-vous : le bug a pour résultat la production de deux voitures, soudées qui plus est au niveau de la centrale électrique, mais la soudure est propre est l'ensemble fonctionne, et même ouvre des possibilités de communication entre les tableaux de bord des deux voitures.

Je pense que le concepteur du logiciel serait assez ébahi de ce bug...

Vous l'aurez compris, je me fais un peu provocatrice par là, ce que je vise bien évidemment est l'incidence sur notre morphogenèse, et par delà, notre conception mécaniste de l'être (holistique contre cartésianisme, dirait la Vilaine Guillemette)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire