vendredi 25 mai 2012

Sur le quai...

Il va falloir partir.

Arriver.

Et puis s'extasier.
Et puis parler. Acquiescer, certes. S'émouvoir, parler dans la tiédeur qui monte.


Les mains brûlantes, décrire tout ce qu'on partage. Oui, tout. Plonger dan tes yeux. Y lire tout l'amour du monde. Tout l'amour qui berce le monde depuis que nous nous sommes arrachés des eaux. J'y lirai tour à tour ton amour de femme, ton amour de mère, couverts par le tonnerre de ton rire de fille.

Emportée par l'amour, les images des passants qui glissent comme des diapositives sans un bruit. Le vertige qui monte et le cœur qui tape. Le manège de l'amour. Tes yeux dans lesquels je serai noyée, engluée, sur lesquels je voudrais poser le silence, le manège, trop lourd à arrêter... Les opinions, les sujets, les phrases, comme des dominos, tes yeux, tes lèvres...

Dans ces vagues, je tenterai de me débattre, de placer des répliques. Je sentirai tout autour le monde se dérouler. Je sentirai leurs regards glisser sur nous. Respecter notre couple, qui joue sa partition, même si... Parce que l'amour est infiniment respectable, et généralement respecté.

Il faudra parler de choix de place, de tickets, mais tout cela sont des détails, l'essentiel est ailleurs.


Emportées par la déhiscence, nous nous découvrirons... Comme nos constellations se plaquent, point à point, là-haut...


Au plus brûlant de cette fièvre, nos mains s'étreindront, nos lèvres se chercheront. Nos corps voudront savoir pourquoi nous les avons amenés là.

Et puis, comme on se soulage par un soupir, nos vibrations redescendront, rattrapées par la pendule. Il nous faudra remballer nos petites affaires, se souhaiter de belles choses, préparer les prochaines fois...


Il faudra se déprendre, tenter de retrouver la raison, régler les affaires courantes avec les garçons de café, parce qu'ils quittent leur service, mais sinon, nous auraient laissés roucouler jusqu'au coup de balai final...


Et puis il faudra s'éloigner, tenter de s'apercevoir une dernière fois pour agiter la main, s'envoyer des baisers...



Il va falloir repartir la tête basse, retrouver les horaires, les autres, la tête bruissante d'amour, les mains tremblantes, le parfum... Les souvenirs de ces instants magiques, étirés, d'où tout autour avait disparu...


Nous les ferons revivre, comme on rallume des bûches noircies... Ils s'estomperont, mais on ne verra pas passer le voyage en train.

Vivre dans l'attente de la prochaine fois, où nous nous retrouverons pour parler, s'extasier, tuer encore le silence, acquiescer, certes...

Il va falloir vivre toutes ces petites défaites...


Oh mon Dieu, comme je regrette cet endroit où je suis, et d'en être arrivée là...


C'est moi qui ai voulu y venir.
J'ai voulu "voir". J'ai voulu voir la vérité. J'ai voulu m'enfoncer dans la forêt, et puis dans les marais.


Ah les échos des voix qui disparaissaient derrière moi dans la brume, qui s'effaçaient, quelle paix, quel soulagement...

Et puis il y a eu le désert, Dieu que c'était beau cette solitude, ce scintillement, et puis il y a eu les cimes, Dieu que c'était beau cette pureté, et puis m'attendait là-haut ce merveilleux oiseau blanc qui m'emmène survoler des pays de lave, des coulées de schistes verts, des côtes de cuivre, oh ces infinis rivages dorés que je longe, dans un éternel crépuscule...


Il me suffit d'un peu de Haendel, de Charpentier, de Bach, et je voyage en passagère clandestine.


Mais il n'y a pas de retour possible vers l'innocence. La bande ne se rembobine pas. La marcheuse des crêtes doit courir en traversant les vallées, pour ne pas s'y noyer. Je peux encore parler avec vous, le temps de demander l'addition, rendre la monnaie, et vite, il me faut remonter, j'étouffe, l'air de l'absolu silence qui a empli mes poumons me manque...


Et pourtant, c'est si bon, de vivre.


Ne vous méprenez pas, quand j'y serai, je serai dedans, j'y croirai autant que vous. Si je cours assez vite, la pellicule ne me rattrapera pas, je ne verrai pas le film.


C'est si bon de vivre, ne croyez pas, j'aime ça aussi. c'est juste que c'est devenu ... trop grand pour moi.

AR

J'ai aimé ce serment, cette façon que tu as eu de dire ton offrande.

Comment savais-tu que ce ne pouvait être sans retour ? Le savais-tu ?

Que cela ne se fait qu'une fois ? Es-tu vraiment prête ? Comment savais-tu qu'en me disant cela, à moi, je ne pouvais que retourner ce serment ? Le savais-tu ?

Où as-tu puisé ce savoir, cette certitude, qu'en plantant là cette pointe, simple et pourtant terrible et entière, tu tiendrais tout l'édifice ?

Comment savais-tu ce qu'il fallait dire, poser là ton sceau, ô ma Reine, aussi sûrement et simplement que si tu étais déjà chez toi ?

Mais,
Le savais-tu ?


Fut-ce un pari ?
Pourquoi fallait-il que je t'appartienne ? Que je sois tienne ? Pourquoi te fallait-il, à toi, ce lot ? Comment savais-tu qu'à nulle autre je ne me donnerais qu'à celle qui dirait " et à nulle autre" ?

Comment se fait-il qu'en si peu de temps, tout se soit solidifié, l'avenir encore, et le présent, si fragile déjà....

Comment vivre ce moment où l'avenir se lit enfin, déjà maintenant, comme la suite du passé, comme la route qui vient n'est que la suite de la route sur laquelle nous sommes. Là où les virages nous jetaient contre les portières, ils s'annoncent doucement....


Ou alors, comme les enfants dans le manège où le volant tourne à vide entre leurs mains, on nous paye un tour, parce qu'on en avait tellement envie, ce qui, et le plus étonnant, revient au même...

jeudi 24 mai 2012

Sweet, light, and crude

Peut-on à la fois être amoureuse et loyale,
Publier et planifier,
Être en même temps tiède et légère,
Mettre une pièce dans le parcmètre et des liens vers les pièces jointes,
Danser seule sur des parquets espiègles,
Se sentir couler par tous les joints,
Vouloir toutes les options de sa localité,
Être amoureuse et loyale
Voir l'aperçu avant impression et fermer les yeux,
Une heure seulement, et passer sa main sur ce velours vert
Renverser la tête et ne rien entendre
Ne plus bouger,
Une minute seulement, être
A la fois amoureuse et loyale ?


lundi 14 mai 2012

Ma porte dans ton mur

Il paraît que les conflits de voisinage sont en volume, en France en tout cas, la première occupation de la justice, devant ... eh oui, gagné, les procédures de divorce.



Finalement le divorce n'est que la forme sexuée du conflit de voisinage.


Un mot, ça peut toujours servir...

Ma sœur m'a dit :

" Tes peurs ressemblent-elles aux miennes ? Tu me les diras, je les mettrai côte à côte et je regarderai leur ressemblances, que je cueillerai...pour mieux les rassembler.... ça n' existe pas, la rassemblance ? "



Non, mais c'est magnifique, je le garde. Un mot nouveau, c'est un territoire nouveau de la pensée, un carré d'herbe qu'on pose sur le vide, là où la pensée ne pouvais pas encore marcher...

jeudi 10 mai 2012

Ok, mais bon...

Je sais vous êtes déçues (je répète pour la n-ième fois sic que je fais la promotion du féminin comme genre pour la généralité :p), je vous avais habituées à des titres plus accrocheurs eh bien tant pis venons en au fait je me débarrasse également de la ponctuation comme la fille de la pub Obao laissait tomber son peignoir, et comme  m'y a (je danse le - ) gentiment autorisé Faulkner je disais donc que quand je vois ce genre de chose :





François-Édouard Picot L'Amour et Psyché (1817)

je sais bien que c'est un petit maître, plus apprécié pour son enseignement que ses talents de peintre,  et on m'objectera qu'il n'y a rien de génial etc. etc.  mais tout de même je suis époustouflée par la (justesse de la )

LUMIÈRE

Et merci à Seraph + Splendor de m'avoir fait découvrir ce tableau

mardi 8 mai 2012

Oui, bon, pardon...

Je me suis laissée emporter par mon ready-made de l'article précédent, et du coup, j'ai oublié l'essenteil (sic), à savoir que je recherchais le site de cette charmante artiste qu'est EWA DABROWSKA.




"Danse" 60 x 73 cm


J'ai eu par Catalina Meniaca une (toute petite) reproduction, sur papier imprimé, d'un nu couché qui est une merveille.

Essayez avec cette orthographe : ewa dabrowska nu couché

... 1732374 deaminase 1732392 suicide 1732402 NMRI  1732420     nu 1732446 ....maikgollasch 1765386 Galyna 1765412 Dubrowska 1765430 www.dfg.de ......   2082146  Ulatowska 2082156 Jarza 2082166     Ewa 2082176 Bindig 2082194 ...... 2123042 Isaacs 2123052      Ganz 2123070 Olopade 2123080 Couch 2123090