mercredi 26 janvier 2011

Fusées

Aujourd'hui douche
Demain aspirateur
Entre les deux, ce soir ma fille a douze ans
Et je vois tout à travers un rideau de larmes, je m'habitue à manger salé, à attraper des objets flous, à me moucher sans cesse. Je pleure presque tout le temps.

Ce soir retrouver les carreaux de miroir
Pour mettre de l'encre indigo sous les brisures du verre
Demain acheter du beurre, si la banque n'a pas appelé.
Je vais lui offrir mon Saint-Sebastien, avec un ruban rouge

Cent francs à ma mère
Laver mes affaires
Vendredi arrive, et Lydie avec
Les enfants ont mis la chambre à sac
Mais j'ai tout rangé
Il commence à pleuvoir, je me suis mise à peindre
Mon bébé se tient debout, je me suis posté
Ce constat en 1984, pour le jour où je le verrais

J'avançais dans le courant, aujourd'hui je me tiens immobile
Je regarde mon image dans cette eau qui me tire
Imbécile et bercée,
Je repense aux eaux de l'Allier, du Cap Bénat, de Cagliari
Et je chante, pour mettre de l'huile dans les rouages
Pour avancer encore un pas.
Le courant me tire en arrière
Vers la source du Nil, vers le lac Victoria
Vers l'origine du monde, vers la douceur de l'aube
Tout me regarde, attendant
L'instant où j'évoquerai mes ailes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire