vendredi 7 janvier 2011

La foi dans la joie

Se signer
=
 Se saigner

Se saigner c'est pratiquer une incision dans sa chair pour en laisser sortir le fluide vital. Se signer c'est ouvrir une fente dans le corps astral, un peu au sens du mouvement d'escrime pour se vider de soi-même et se confier à la divinité, un peu le geste correspondant au In Manus tuas, Domine...
C'est bien un " commendo spiritum meum " intégral qui s'est exercé la première fois sur une croix plus grande que nature.
Le signe a donc un côté homomorphe à la situation, se signer, c'est revivre cet instant de la sortie du fluide spirituel, ou plutôt de son retour à la source.
Il y a aussi le côté fruit trop mûr, crever l'abcès, qui renvoie au côté si charnel je trouve de la prétendue " nature morte".
Ce "still" n'est pas l'immobilité de la mort, je trouve que c'est plutôt l'imminence de l'éclosion, du follicule ovarien, du fruit qui fait craquer sa peau tant la pulpe est gonflée d'envie de libérer ses graines.

Ces homards rouges et durs, ces grenades pleines à éclater, le grains brillants des raisins, et leur peau tendue, les pêches charnues de raaaah, c'est freudien, une des seules femmes peintres de ce temps en Flandre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire