samedi 20 novembre 2010

Nouvelles du front

Les crayons s'appellent Giotto
Et le blanc s'appelle Blanco

Le Na-déné se lave le nez
L'esclavon se passe au savon
Si ce n'est toi, c'est donc ton tik
Vous êtes six frères dans ma tête
Je reconnais, Lydie, la puissance du Gorille

Angelina Jolie, ce truc qui fait froid dans le dos.
Blanco se met au batik,
J'habite les antitussifs, avec toi, je plonge à Biarritz
Je me teins les cheveux, gratte le crâne, mouille les doigts...
Toi aussi, mon fils, Gaël vous êtes six
Je regarde la neige tomber sous la douche
Les perles sous les dents écarlatent
Les gouttes en paroles d'argent
La pomme d'or vole au dessus de la baie de Cadaquès
Cracovie est à portée de fusil,
Les Syrtes à portée de visage,

J'aime les amulettes, les devinettes, les amuse-gueules
L'Ombrie, la ciboulette, la Vénétie, la chouette sous les sourcils
Surveillée par ses gardes, la parole se soûle,
Ecrasée par ses célibataires, même
La rouille se gondole, et les portes s'ouvrent
Midi à portée de Minuit...
Tu sais la vérité, et ton regard n'est pas plus dur
Le porche de ta bouche trie les mots à Lydie


Nom de groupe : les chats regardent.

Et puis ça facilite, pour les photos des jaquettes...

Titres : Dos argenté, la voie de l'aiguille...