mercredi 18 avril 2012

La rue de Marseille

La scène se passe dans la rue principale d'un petit village de Provence, style film de Pagnol. Raimu marche sur le trottoir, un journal sous le bras. Arrive Astruc (celui de "Astruc, laboratoire")dans sa décapotable, qui s'arrête à sa hauteur.

Jeu de scène : une serviette blanche avec laquelle Raimu s'essuie de temps à autre. Jamais aucune exaspération de sa part. Il a l'éternité devant lui.

 Pour Astruc, des moues, et quelques gestes de main par dessus le volant. Son impuissance à dépasser la situation l'écrase.

- - - - - - - Acte I, scène 1

A
Bonjour Monsieur, je cherche la rue de Marseille, s'il vous plaît.

R
Vous y êtes Monsieur.

A (dubitatif, puis un peu inquiet pendant un temps de pause)

Ah, mais cela m'étonne un peu...

R
Et pourquoi, Monsieur.
quand je ne mets pas le ?, c'est que la montée interrogative est plutôt écrasée.

A
Eh bien parce que dans cette rue, on m'avait dit qu'il y avait un studio de cinéma. Or je ne le vois pas, donc je pense que je me suis trompé de rue.

R
Non monsieur, vous êtes bien dans la rue de Marseille.

A
Mais je ne vois pas le studio de cinéma.

R
Mais, vous y êtes, Monsieur.

A
Comment ça j'y suis ?

R
Vous avez bien trouvé le studio de cinéma, vous êtes dedans. Donc vous êtes bien dans la rue de Marseille.

A
Ah, non, ça ce n'est pas possible. J'aimerais justement y aller, à ce studio.

R
Mais vous y êtes, Monsieur.

A
Pardonnez-moi, j'ai plutôt l'impression d'être dans la rue que dans un studio.

R
C'est possible Monsieur, vous pensez ce que vous voulez.

A
Tenez, je vais aller acheter du pain, là, vous verrez que ce n'est pas une vraie boulangerie.

Il descend de sa voiture, entre dans boulangerie, et ressort en secouant un pain.

Vous appelez cela du pain, vous ?

R
Oui, ce qu'on achète dans une boulangerie, nous appelons cela du pain, ici. Pas vous ?

A
Non, moi j'appelle cela du carton. Tenez, essayez de le manger, votre pain.

Il le tend à Raimu, qui en déchire un morceau, et l'émiette par terre.

Vous appelez cela manger ?


R
Oui, pourquoi, pas vous.

A
Non, pour moi, manger c'est cela.

Ne pouvant se résoudre à avaler, il mime.

R
Ca, c'est croquer.

A
C'est vous qui mangez avec les doigts. Ce n'est pas poli, d'ailleurs.


Nous c'est croquer avec les lèvres qui n'est pas poli.

A
Hé, vous êtes bien obligé, tiens, si vous voulez vivre.

R
Non, on peut vivre sans croquer. Grignoter, oui ça on est obligé. Mais on peut le faire poliment, sans mettre les lèvres.

A
Bien, on ne va pas y passer la nuit

R
Le mois vous voulez dire...

A
Certes. Je viens voir M. Raimu le directeur des studios.

R
Mais ça tombe bien, c'est moi, Monsieur, enchanté.

A
Ah, mais non, ça ce n'est pas possible.

R
Allons bon, et pourquoi pas ?

A
Mais parce qu'un Directeur ne se promène pas en maillot de corps, un chapeau comme ça sur la tête et une baguette de pain sous le bras (sic).

R
Mais mon costume est tout à fait correct, je n'ai pas de chapeau, enfin si peu, c'est celui de la région, il est chantant, n'est-ce pas.

A
Bref, je vous ai trouvé, c'est le principal.Quand pouvez-vous me recevoir ?

R
Mais maintenant Monsieur. On m'a prévenu que nous avions rendez-vous à minuit.

A
Mais il n'est pas encore minuit. Admettons, car je vous vois venir. Venons-en au fait, que vouliez-vous me dire ?

R
Mais c'est vous qui m'avez écrit pour me demander de tourner un film dans mes studios.

A
En effet. Attendez, je sais ce que vous allez me  dire, nous sommes en train de le tourner, c'est cela ?

R
Ah non, c'est un livre que nous tournons.

A (un peu pensif et assombri, comme mélancolique)
En fait je voulais juste faire un bout d'essai. Quelque chose pour m'entraîner à la technique. Prendre des marques...

R
Oui, je vois très bien. Et vous avez déjà choisi un titre pour ce livre ?

A
Oui, je pense à " La technique du voleur français "

------------  fin

Je déteste le côté complètement daté à la Ionesco, mais j'en ai besoin comme aide-mémoire pour un futur travail. Faut bien que je pose des choses sur le bureau, je ne peux pas tout garder en tête, non plus.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire