vendredi 23 mars 2012

Lucia...

Je te disais pas à pas, et j'aurais pu en mourir,
Cela aurait pu se confier au fil de l'eau
Ce qui pouvait s'égrener jour après jour
Se tisser.
Oui, j'avoue, enflammée, et étranglée, tandis que je reprenais mon souffle
Il fallait que tu arpentes les tapis, tu claques les portes
Tu m'as étourdie avec tes demi-tours sur les talons,
Tes ultimatums, tes sommations.
Il fallait un somnifère puissant pour arrêter tes questions, la tête me tournait
Il fallait une douche froide, il me fallait arrêter la première
Il fallait que de ton souffle puissant tu fasses plier ma tige et mes fleurs
Mes pleurs ne te suffisaient pas.
Mon cœur, ma sœur...
Tu ne voyais pas mes mains tordues, ma gorge nouée.
Bien sûr, tout cela n'est qu'un des mensonges du miroir.
J'aurais pu mourir en avalant du velours rouge,
Je préfère tes reflets, ils sont plus doux.
Dans quoi me suis-je réfugiée, peu importe, il le fallait.
Oh ! J'ai déjà dansé cette danse !
Mais alors tu étais dans mes bras,
L'heure a tourné si vite. Et il fait encore si nuit. La pendule est scotchée, les aiguilles sont bloquées.
J'ai très soif. Qui est passé dans le couloir ?
Plus tard, je courrai sur le gravier, frissonnante encore, une couverture sur ma dentelle
Je ne me retournerai pas pour prendre la fleur tombée de mes cheveux
Et si tu veux me reprendre dans tes bras...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire