samedi 16 janvier 2010

Les 3 coups de minuit

ce matin, trois événements se sont produits d'affilée qui m'ont laissée perplexe.

1 - je lis avec mon fils un petit livre de Cédric, Christian et Nicolas,

Le dit Cedric est amoureux d'une petite copine, et les garçons jouent à la guerre tandis que les filles font les infirmières. Jusque là tout va bien :D. Cedric feint d'être blessé à mort, mais c'est l'autre qui vient à son secours, et il aperçoit sa bien-aimée pansant l'ennemi. Enragé, il congédie sa bienfaitrice en lui désignant son amoureuse: " c'est elle que je veux".
La copine malheureuse va demander à sa collègue si elle veut bien changer de camp.
La désirée arrive, et le héros ferme les yeux. Elle le traite et s'en va, l'air furieux, tandis que le convalescent reste étendu, perdu dans son bonheur.
Rentré chez lui il s'aperçoit qu'elle lui a badigeonné le visage de mercurochrome, lui signifiant par là son dégoût qu'il ait asservi les règles du jeu à ses propres intérêts.

Je ne sais pas s'ils y étaient, mais je ne pense pas avoir perçu ce genre de message dans mes lectures d'enfance...

2 - je vais avec mon fils au marché, et je passe devant une boutique avec des caisses remplies de boutons, de véritables parterres de fleurs, une splendeur.

...

Une réflexion de la commerçante me tire de ma contemplation : " il aime les boutons, c'est pas normal pour un garçon". Je lève la tête et je vois la dame regardant mon fils d'un air affligé et me signifiant en le désignant du regard : " c'est foutu, quand le bois est tourné comme ça, c'est dans la matière, je veux pas vous décourager, mais c'est foutu quoi".
Et secouant doucement la tête, le genre " c'est dommage, il est mignon, et c'est pas qu'il soit bien grand, mais là, c'est foutu..".
Et mon Dante-Gabriel, fourrageant, évidemment, dans la caisse des boutons en or, me faisant remarquer que certains avaient des armoiries, etc.
Ce qu'elle répétait en disant que non décidément, pour un garçon, aimer les boutons, c'est pas normal, c'est qu'il était sans doute " atteint d'homosexualité", qu'il fallait absolument faire quelque chose, mais qu'il était déjà trop tard.

Elle m'a dégoûté de ses jolis boutons.

3 - Je vais avec ma fille acheter des chaussures, et elle demande à la marchande si elle ne peut pas avoir cette paire de bottines mais en "enlevant les pièces rapportées qui font trop fille".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire