vendredi 15 février 2013

Lait quand tu nous tiens...

" L'alezan vrai", se disait l'Emir Reggiano, " se reconnaît à son piquant". Isabelle ou isatis, la motte est friable dans son eau laiteuse et bleutée.
Le mouvement des villes (un signal urbain qui s'impose par son caractère expérimental), un hennissement, un panache de fumée.
Elle montre son amour. Le palais agacé, vous attendez la fraîcheur de l'aube. Mais rien ne vient.
La position des jambes.
La forme des coques, quand le crépuscule est violet, je l'imprime dans le papier.
L'or des huiles me tient lieu de souvenir et de voyages.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire