lundi 10 décembre 2012

Latino Imperato

Les entends-tu, ces vagues de silence,
Poudreuses, cristallines,
Qui s'effondrent,
Cristallines, poudreuses ?

Je sais je sais, ce sont l'envers de vestes vertes
Doublures
Je sais, entre les vagues, il y a

Des signes
Oh, je suis coupable, je mords mes lèvres
Je devrais me draper de l'endroit
Où je fus déposée
Oui, j'ose cette épopée,
Dire mes torts.

Plutôt que déposer mes baisers
Tentures d'or, forteresse battue aux flots
Me taire, m'offrir aux vagues
Poudreuses, cristallines
S'effondrant aux frontières
Me couvrant
D'ombre

Bercée, et pourtant toujours perplexe,
Je suce mon pouce
La paroi que j'éprouve
L'erreur de la maternité rouge

Doublure d'or de la veste, je pousse
Les murs de ma cellule

J'éprouve
Vagues, cristallines, poudreuses,
Vagues de silence, je vous entends à présent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire