jeudi 1 octobre 2009

Nos doigts savent (presque) tout faire

Vu que j'emménage (j'habite toute seule maintenant que je suis grande),
- On le saura
- je te dispense de tes commentaires
- pas la peine de faire un blog alors, parle toute seule
- je n'ai pas de conseil à me donner
- je t'en prie, continue.

Donc, je n'ai pas d'instruments de cuisine. Hier, devant couper du persil, j'ai habilement disposé le bout de mes doigts en corolle, de façon à créer une sorte de moulipersil animé, qui faisait jaillir les feuilles devant les lames excitées des ciseaux.


Tout cela est très piquant. Nous n'avons pas besoin de grand chose, et on nous vend depuis trop longtemps du superflu.

Donc, non seulement je suis seule, puisque ce soir fatal, j'ai jeté mon amant pour de bon, mais encore, je n'aurai rien, ou le moins possible. Je me souviens de Lanza del Vasto, qui tenait de Gandhi qu'on n'avait besoin que d'une machine à coudre et de... (un vélo ?)

1 commentaire:

  1. Non, c'est bien Gandi, mais il souhaitait que dans l'Ashram, on n'ait qu'une machine à coudre et... je ne me souviens plus (un vélo ?)

    RépondreSupprimer