mercredi 7 septembre 2016

Boudins d'ici et d'ailleurs

Devant me rendre à la ville, j'ai loué une voiture moderne. Genre dominatrice : " Mets carte, mets ceinture, ferme coffre, ouvre la porte, fais ceci, fais-cela, enlève la carte, ferme le coffre, ouvre la porte, serre le frein, arrête le moteur, mets la carte, regonfle les pneus, allume le moteur.... "

Elle a couiné tout le temps pour nous rappeler à l'ordre. Les pneus étaient très bien gonflés, c'est elle qui m'a gonflée avec son capteur électronique débile pendant tout le trajet.  A la ville, plus qu'ailleurs, ils s'agitent pour rien.

Je suis bien contente d'avoir retrouvé ma Trapanel de collection. J'ouvre ce que je veux quand je veux, je m'arrête quand je veux, c'est moi qui décide comment elle fait, et je fous un coup de pied dans les pneus tous les dix ans si j'y pense.

Je fais du boudin ce soir, j'ai été cueillir les pommes dans le jardin.

Paraît qu'il vont mettre sur la route des voitures avec un moulinex au volant. Je l'entends d'ici : " Ne tentez pas de déverrouiller les portes ni votre ceinture, nous ne sommes pas arrivés à destination. Les autorités ont modifié notre plan de route, je vais vous déposer à la Kommandantur".

S'il vient par ici, j'espère qu'il n'aura pas mis à jour la carte avec le fossé qu'on a fait pour écouler les eaux de pluie. Il faut d'ailleurs que j'achète un lance-pierres pour les drones qui viendraient s'aventurer par ici, on commence à les entendre vrombir ici et là. Non content de s'accaparer le ciel, la nuit, et le silence des autres avec ses boings ronflants jour et nuit, le crétin va envahir notre espace diurne et notre paix, en venant zoomer sur le maillot de bain de la voisine.
Curieux comme les chasseurs, prompts à tirer sur tout ce qui bouge pour éliminer toute trace de vie sur notre planète ne tirent plus. Hébétés par le joujou, sans doute. Ce sont les mêmes enfants de 5 ans qui ont demandé un fusil pour Noël qui voudraient avoir cela la prochaine fois.

Vous allez me dire de quoi retourne cette émouvante anecdote, eh bien c'est que j'ai entendu un bout de cette émission hier. Un réalisateur y présentait un film dans lequel on entendait des jeunes peiner dans l'action politique sur le thème " Marre de répéter les choses, maintenant on passe à l'action, oui mais on fait quoi ? ".

Moi qui suis abonnée à moult listes alternatives, je constate en effet cette déshérence dans laquelle nagent nombre d'initiatives individuelles, toutes fort louables, qui vont du collectif d'habitants de Marseille pour sauver un banc public de l'insatiable appétit de bétonnage des promoteurs immobiliers jusqu'aux manifestations du PG local contre les arrêtés anti-mendicité d'une municipalité qui espère ainsi chasser les punks à chien qui font peur aux derniers touristes ainsi qu'aux bonnes gens.

Ce qu'ils n'ont pas réalisé encore, c'est que les constructions humaines se sont toujours fait sur des modèles d'essence politique, basés sur les classes de pouvoir, militaire, religieux, idéologique ou combinaison des trois. mais que la donne a changé. La dernière intégration, la globale, celle qui prend toutes les structures politiques en un seul mouvement pour les ramasser en une unité qui les transcende, cette intégration est sur un modèle financier.

Les états, les provinces, les régions, les fédérations de ce qu'on voudra, ne sont plus que des zones commerciales pour clients et fournisseurs. Les nations " souveraines " sont réduites à une ligne d'en-cours sur la comptabilité des institutions financières, et de leur bras armé le moins rentable, les entreprises.

Le sens de la subordination entre le financier et le culturel s'est renversé : avant, on commerçait avec ses alliés. De nos jours on tolère n'importe quoi de ses clients.

Et donc, de la même manière que les jeunes ne réalisent pas qu'ils roulent désormais dans une voiture qui les a menottés, privés de toute liberté et de toute autonomie, et qui les mène à la baguette sans qu'ils n'y puissent rien changer, de même le système économique les a ligotés sur le siège. Ils peuvent toujours papoter dans leur youtube, ça n'empêche qu'ils sont exploités du soir au matin, et qu'ils n'y peuvent plus rien changer.

Une autre aporie du discours ambiant est sur le thème " L'origine du problème est dans ". Par exemple :
❝« L’agriculture est une invention humaine assez récente, et à bien des égards, ce fut l’une des idées les plus stupides de tous les temps.
Les chasseurs-cueilleurs pouvaient subsister grâce à des milliers d’aliments sauvages. L’agriculture a changé tout cela, créant une dépendance accablante à quelques dizaines d’aliments domestiqués, nous rendant vulnérable aux famines, aux invasions de sauterelles et aux épidémies de mildiou. L’agriculture a permis   l’#accumulation de ressources produites en surabondance et, inévitablement, à l’accumulation inéquitable ; ainsi la société fut stratifiée et divisée en #classes, et la #pauvreté finalement inventée ».❞


Ok, super bien diagnostiqué, Sherlock. Et maintenant, on fait quoi, on rembobine le film de 10.000 ans ? On " supprime " l'agriculture ?

Tu as idem avec : " il faut supprimer " la finance / la monnaie / l'énergie / la population / le gas-oil / la guerre / la méchanceté / la race humaine...



Dans le genre on n'arrête pas le progrès, c'est lui qui nous arrête, il paraît qu'ils ont repéré un fort signal radio dans la galaxie. A mon avis c'est le grille-pain de la station qui a vingt ans, qui bave comme un gros puerco depuis la cuisine made in USSR sur le secteur alimentant le  télescope , et qui ne va pas tarder à foutre le feu.

Et le colossal du jour revient à une annonce reçue, à laquelle je ne comprends pas un traître mot, mais du moment que c'est kolossal....

" Ai Weiwei This is Colossal Sopheap Pich LuxArtAsia Choi Pyung Gon Project Daejeon Shakuntala Kulkarni Shakuntala Kulkarni "

Faudra penser à lui faire une application avec GPS dans la montre connectée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire